Partagez | .
 

 Edo et Strabimon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
NEO
avatarProfil Masculin Bélier
Chien
Nombre de messages : 1387
Age : 23
Saison(s) préférée(s) : ¤ Digimon Adventure ¤
Personnage(s) préféré(s) : ¤ Yamato, Shou, Touma ¤
Digimon(s) préféré(s) : ¤ Strabimon, Magnamon X, NEO ¤
Date d'inscription : 31/07/2008
Baka Kaiser
Baka Kaiser
MessageSujet: Edo et Strabimon   Ven 23 Juin 2017 - 17:13
Edo
Edo

Surnom : /

Âge : 201 618 heures simulées (23 ans)
Date de naissance : An 2000
Nationalité : /

Type de Digivice : /
Symbole : /

Groupe : Neutre
Caractère

Du fait de son manque d’interactions sociales Edo est définitivement maladroit lorsqu'il s'agit de converser, essayant de trouver le juste milieu entre l'honnêteté et les paroles que son interlocuteur veut entendre il lui arrive de rester songeur de longues secondes pour les plus simples réponses sans que celles-ci puissent soutenir la discussion pour autant. C'est par ses actions qu'il a le plus de facilité à communiquer son empathie et son envie de rendre les autres heureux, ce qu'il formule tout simplement : faire ce qui doit être fait, avec une malheureuse tendance à en faire trop. Une tendance qui se retrouve également dans les sentiments négatifs du jeune homme qui, bien qu'il essaie de les réprimer de son mieux et ainsi ne s'énerve que très rarement, a plus d'une fois souhaité la fin du monde afin de balayer la source de sa frustration, aussi insignifiante était elle.

Physique

Pâle comme la lune Edo est un jeune homme qui n'aurait aucun mal à se faire passer pour un vampire si ce n'est que les vingt-trois ans qu'il a vécu sont encore bien loin des centenaires habituellement associés à ces créatures mythologiques. Légèrement plus grand que la moyenne du haut de son mètre quatre-vingts il a pris soin d'entretenir convenablement son physique en maintenant le poids idéal de soixante-treize kilos, qu'il avait calculé après l'une de ses nombreuses lectures, ainsi qu'une masse musculaire suffisante pour rester en bonne santé. Ses cheveux, blonds cendrés, représentent un ennemi qu'il avait arrêté de combattre il y a bien longtemps, les laissant prendre la forme de leur choix et ne les dérangeant que pour les laver ou les couper au contraire de sa maigre barbe et de sa moustache qu'il entretient aussi bien que possible pour leur éviter de lui donner une apparence regrettable. Quant à ses yeux il avait baptisé leur couleur "bleu triste" car ils lui semblaient d'un bleu sombre qui aurait commencé à virer au gris. Finalement son accoutrement constituait son plus gros regret depuis son arrivé dans le digimonde, ayant fait fi de tout bon sens il avait quitté son monde simplement vêtu d'un t-shirt noir, un jean de la même couleur, et de sa paire de rangers de préférée qu'il ne se souvenait même pas avoir enfilée, ce n'est qu'en se découpant une cape dans la toile marron beige d'une tente écrasée qu'il avait pu échapper à l'hypothermie.


Histoire

Il avait toujours ressenti de l'appréhension pour les fenêtres ouvertes, elles lui semblaient être des peintures mouvantes, des choses qui étaient ce qu'elles n'auraient pas dû être. Et pourtant il savait que l'extérieur existait, bougeait, vivait, même s'il ne faisait pas parti de son monde. Il aimait observer les autres, comprendre comment ils agissaient, pensaient, resentaient. Il aimait les humains mais il était effrayé par l'humanité, et avait oublié les raisons de cette terreur. Il aimait bien des choses, mais tout ça s'était effacé pour une raison qui lui échappait. Ou peut-être que ces sentiments n'étaient pas les siens, ne l'avaient jamais été.
Il se leva péniblement, prenant garde à ne pas renverser la pile de livres qu'il lisait seulement quelques heures plus tôt et qui amassait dorénavant la poussière au pied de son canapé, et progressa prudemment vers la porte. Les jouets éparpillés sur le sol étaient invisibles dans la pénombre et il aurait été désagréable de marcher sur l'un d'entre eux, il aurait dû les ranger après le départ d'Alesia et Peter, mais avait préférer les laisser là comme si ils constituaient un contrat et que leur présence contraignait ses amis à revenir jouer un jour. Mais il ne les avait jamais revus, et cela s'était passé il y a bien longtemps, bien des heures ... Une fois dans la cuisine il hésita quelques secondes puis délesta la corbeille à fruits d'un abricot, il préférait les fraises mais il n'avait pas le courage de les préparer, il le coupa, jeta le noyau et retourna lentement s'asseoir en mangeant. En deux minutes il avait fait le tour des deux tiers du monde dans lequel il vivait depuis toujours, il aurait pu passer par la salle de bain pour compléter son voyage mais il avait espéré qu'en son absence la fenêtre se serait fermée et était donc retourné vérifier derechef. Ce n'était pas le cas. Il tourna la tête vers son réveil, celui-ci indiquait deux-cent-un-mille-cent-soixante-trois heures et vingt-sept minutes, il voulait voir le monde, comme d'habitude, à travers l'écran de son poste de télévision, voir la vie paisible de quelque humain qu'il pourrait voir à cette heure-ci, mais la fenêtre qui s'était ouverte l'avait remplacé. Au début il avait eu peur, mais il ne pouvait pas fuir car son monde n'avait pas de porte, ensuite il avait décidé d'attendre, mais le lendemain ne viendrait jamais pour résoudre son problème.
Alors, après quelques minutes supplémentaires d'une attente qui ne blesserait personne, il s'approcha de la fenêtre ouverte et passa son bras à travers. Du paysage enneigé qu'il voyait de l'autre côté émana une puissante lumière, et alors que celle-ci le portait à travers elle se chargea également d'effacer le monde qu'il quittait, car son but était accompli.

Quand il rouvrit les yeux il était agenouillé dans la neige, un juron lui vint à l'esprit, puis un autre, encore un autre, et finalement un éternuement mit fin au flot d'indécence qui lui traversait l'esprit. Après avoir observé cette fenêtre après tant d'heures il aurait du se préparer ! Au lieu de ça il avait attendu et agi impulsivement, et maintenant il se retrouvait au milieu de dieu sait où sans provisions ni même un accoutrement approprié ! Retenant le sentiment urgent de se réprimander pendant des heures il se leva et se mit à marcher. Il ne pouvait pas se plaindre d'une situation qu'il avait créé lui-même, il devait par contre réfléchir à ce qu'il fallait qu'il fasse à présent. Autour de lui les arbres se succédaient et ne laissaient rien filtrer de l'horizon, ils ne portaient pas non plus la moindre trace de présence ou de direction à suivre vers une quelconque habitation. Rien d'autre que des arbres, et de la neige, et des arbres, et de la neige, encore et encore. Même le ciel qui se dévoilait à travers les branches dénudées ne lui donnait aucun repère car il n'y trouvait pas le soleil. Il était nul part et il faisait jour, point.
C'est une odeur de brûlé qui le tira de ses pensées pessimistes. Il songea un bref moment à faire demi-tour, si cette forêt était en feu aller dans cette direction était du suicide. Mais il ne voyait aucun rougeoiement dans le ciel, il n'entendait aucun crépitement au loin, et la neige empêcherait certainement les arbres de s'embraser les uns après les autres. D'un pas pressant il suivit l'odeur, reniflant l'air sans retenue, sautant par dessus les racines encombrantes et se relevant quand, dans sa hâte, il finissait par embrasser le sol. Alors qu'il se rapprochait de la source de l'odeur il finit par apercevoir une silhouette, puis la clairière à laquelle la silhouette faisait face et enfin les restes d'un important campement, détruit et brûlé. Lorsqu'il se trouva raisonnablement proche il s'arrêta, s'approcher trop près de quelqu'un qui lui tournait le dos aurait pû être perçu comme une attaque dans ces circonstances. Il n'avait pas parlé depuis longtemps, alors sa question fût portée par une voix rauque.

"Qu'est il arrivé ?"

"Je les ai tués."

"Menteur."

Son interlocuteur était plus petit que lui, pas de grand chose, il portait un pantalon blanc, le pelage mauve d'une bête, teint probablement, une écharpe de la même couleur dont les extrémités partaient en lambeaux et surtout il avait la voix empreinte de tristesse et de regrets, celle qui ment pour nous quand on souffre et repousse ceux dont l'empathie pourrait nous blesser. La silhouette se retourna. La première chose à corriger dans les constats précédents serait qu'il ne s'agissait pas de quelqu'un portant le pelage d'une bête, mais d'une bête elle-même, bipède, à moitié habillée, avec une apparente fascination pour les ceintures. Il aurait dû fuir, mais il resta planté là, subjugué par les yeux de la bête, tellement rouges, tellement beaux, tellement tristes. Indécis sur ce qu'il aurait du faire c'est la bête qui bougea la première, se lança sur lui, agrippa par le col et le tira en avant. En s'écrasant dans la neige quelques pas plus loin il vit une forme blanche fracasser le sol à l'aide d'une massue à l'endroit où il se tenait une fraction de seconde plus tôt. Une très hideuse masse blanche qui ressemblait à l'ogre ou au troll des divers folklores humains à laquelle la bête ne laissa pas le temps de relever sa massue, elle plongea dessus, planta ses longues et brillantes griffes dans son bras pâle et noueux et d'une pirouette se retrouva dans son dos. L'ogre eut à peine le temps de tourner la tête qu'un rayon de lumière lui perça l'abdomen et ce fût sa fin.
La bête se tenait là, debout, les larmes comme libérées alors que son opposant se désagrégeait dans l'air. Le jeune homme, jusque là immobile se redressa et alla la prendre dans ses bras, cette petite bête, tellement forte et tellement triste, à la fourrure imprégnée de l'odeur des cendres et aux larmes salées qui déchiraient son cœur.

Il leur fallut deux jours pour nettoyer la clairière, effacer la trace de toute tragédie pour que peut-être les prochains voyageurs qui la trouveraient puissent y résider. Pendant ce temps le jeune homme apprit le nom de la bête, Strabimon, et se confectionna une cape à partir des restes d'une tente pour se protéger du froid. La bête, elle, apprit le nom du jeune homme, Edo, et, tout en faisant le deuil de son ancienne vie, prépara sa nouvelle en rassemblant des vivres pour pouvoir se nourrir pendant leur voyage.
Et à l'aube du troisième jour ils se mirent en route, sans vraiment de but précis.

Partenaire : Strabimon

Surnom : Strabi
Stade d'évolution : Disciple
Âge : 1 an
Ligne d'évolution : Dodomon  < Wanyamon < Strabimon
Caractère : Prédisposé à des rages dévastatrices de par sa nature Strabimon a dû faire d'importants efforts afin de pouvoir se maitriser et ne pas avoir à s'isoler complètement des autres, néanmoins il reste réservé ne parlant que lorsque quelqu'un s'adresse à lui et ne cherchant jamais à maintenir une conversation au delà du nécessaire. Effrayé à l'idée de perdre à nouveau ses proches, cette façade distante qu'il s'impose lui sert également à se protéger de sa tendance à s'accrocher trop facilement aux autres. Avec ceux qu'il aime le loup se révèle plus ouvert, taquin mais surtout loyal, il n'hésiterait pas à se sacrifier pour eux.
Signes particuliers : L'écharpe de Strabimon, normalement d'un bleu lavande similaire à son pelage, est d'un magnifique rouge pourpre, "la couleur des héros" telle que la nommait son père adoptif.
Histoire : Aveuglé par les flammes et engourdi par les blessures qu'il avait subi Penguinmon se surprit à remercier leur créateur, qui qu'il soit, de l'absence de Strabimon. Oh bien-sûr il souffrirait quand il rentrerait mais si le destin le voulait bien alors le monstre ne serait plus là et il pourrait vivre, sans lui, sans eux. Il se demanda si un jour, comme lui auparavant, son fils adoptif trouverait un Digitama au milieu de nul part qui roulerait vers lui à tout allure comme si piloté par la minuscule vie se développant en lui. Malgré la douleur il lui était impossible de s'empêcher de sourire. Les souvenirs se bousculaient et se battaient pour qu'il les voit, ceux de lui et de ce minuscule Dodomon qui, tout juste sorti de son œuf, engloutissait toute la nourriture qu'il voyait, ceux de lui qui courrait derrière un Wanyamon déchaîné pendant qu'il visitait la caravane de Digimon dont il faisait maintenant partie, ceux de lui réprimant Strabimon  après que celui-ci se soit battu avec un des autres voyageurs. Mais malgré tous ces bons souvenirs, et parce qu'au final il n'était qu'un simple Digimon, la perspective de tous les futurs souvenirs desquels il ne ferait pas partie lui arracha un sanglot. Ah ... Le monstre l'avait entendu. Avec l'énergie du désespoir il tenta de se relever, mais d'un coup de massue cette tentative disparut dans un nuage de données.
Strabimon décida de s'occuper lui-même de débarrasser les ruines de la tente qu'il occupait avec Penguinmon. Il s'adressa à chacune de leurs possessions comme si son père adoptif pouvait l'entendre et lui assura qu'il pouvait, ainsi que les autres, reposer en paix car il avait été vengé. Lorsqu'il eut terminé il rejoignit l'humain qu'il avait rencontré la veille près du feu, un bien étrange humain qui dégageait l'odeur d'un Digimon. Mais cela lui importait peu, cet être l'avait pris dans ses bras quand tout ce qu'il voulait était de disparaitre alors Strabimon avait décidé de lui dédier sa vie.


_________________

Spoiler:
 

.:: Join Smile Smile Love Forever ( ゚ヮ゚) ::.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Myotismon
avatarProfil Bélier
Singe
Nombre de messages : 9437
Age : 25
Saison(s) préférée(s) : Adventure et Savers
Personnage(s) préféré(s) : Masaru et Kôji
Digimon(s) préféré(s) : Myotismon, Agumon Savers, Dukemon et Strabimon
Date d'inscription : 09/04/2008

INFOS PERSONNAGE
Nom Personnage: Vincent Valentine
Autres persos: /
Inventaire:
Vampire Lord
Vampire Lord
MessageSujet: Re: Edo et Strabimon   Ven 23 Juin 2017 - 19:06
Je valide le nouveau Edo version 2.0 x)

_________________
"Même si les lendemains sont vides de promesses, Rien ne pourra empêcher mon retour"
LOVELESS, Acte V



Thx to NEO /// Join Smile Smile Love Forever ( ゚ヮ゚)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://communaute-digimon.discutforum.com/t2342-vincent-valentine-blackguilmon http://communaute-digimon.discutforum.com/t2382-journal-de-vincent-valentine#39547
 

Edo et Strabimon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Communauté Digimon :: AVANT DE RP... :: Entrée du RPG :: Fiches persos :: Fiches validées-